Bars, restaurants, lieux événementiels : les nouvelles règles en vigueur face à la COVID-19

Vous aimez ? Dites le nous !

Après avoir révélé jeudi 24 septembre, à 19h58, que « la situation épidémique s’est dégradée », l’annonce choc, redoutée, bien que prévisible, était annoncée par Monsieur le Ministre de la Santé, Olivier Véran : « dans les zones d’alerte renforcée, les bars devront fermer à 22 heures« , à partir de lundi (ndlr : 28 septembre 2020) ».

A Marseille, Aix-en-Provence, ainsi qu’en Guadeloupe, en état d’alerte maximal, les bars et restaurants resteront fermés, pour une durée de deux semaines (minimum), jusqu’au 12 octobre 2020.

Mais concrètement, qu’en est-il ?

Au delà des fermetures anticipées (généralement à 22h), plusieurs mesures concernent les zones d’alerte renforcées (qui s’appliquent aux villes Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Paris ainsi que sa petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier) :

  • abaissement de la jauge des rassemblements à 1 000 personnes (versus 5000 auparavant)
  • interdiction des grands événements (fêtes locales, étudiantes etc)
  • fermeture de toutes les salles des fêtes et salles polyvalentes pour les activités festives et les activités associatives

Sur le papier, ces nouvelles normes ont de quoi faire peur à un secteur des CHR déjà très impacté dès le début de la crise par 2 mois de confinement.

Mais soyons optimistes, il est toujours possible de faire des événements, festifs comme non festifs :

  • Les grands événements sont interdits certes, mais il est toujours possible de se réunir, jusqu’à 1000 personnes dans les lieux événementiels
  • Tous les bars ne ferment pas à 22h, il s’agit uniquement de ceux disposant de l’unique qualité de débit de boisson. Pour tous les autres, ils peuvent rester ouverts à leurs horaires normaux si et seulement si les clients prennent à manger.
  • Vous l’aurez compris, les restaurants peuvent donc eux rester ouverts dans les mêmes conditions qu’auparavant :
    • tablées de 10 maximum
    • impossibilité de consommer debout
    • impossibilité de danser
    • distance d’un mètre minimum entre chaque table

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la FAQ de la préfecture d’Île-de-France.